Rencontre avec Olivier, thanatopracteur chez HYGECO !

17-04-2019

Olivier est thanatopracteur depuis 1994 et chez HYGECO depuis 8 ans. Nous l’avons rencontré pour qu’il nous parle de ce métier peu commun et pourtant nécessaire dans le travail de deuil des familles. Interview.

Comment avez-vous connu et choisi la thanatopraxie ?
Olivier : J’étais initialement dans le domaine alimentaire. J’ai fait la connaissance de quelqu’un qui faisait ce métier de thanatopracteur et qui m’a fait découvrir son univers. J’allais quelques soirées après mon travail le rejoindre pour participer à quelques soins, des transports, etc. Au bout d’un moment, il m’a proposé d’entrer dans sa société en tant que toileteur et transporteur. J’ai ensuite passé mon diplôme et je suis devenu thanatopracteur tout en restant dans l’entreprise.

Comment les gens réagissent quand vous expliquez votre métier ?
Olivier :  Avant j’en parlais ouvertement quand j’allais dans des réunions de famille ou chez des amis. Passé les premières questions d’usage habituelles, je me suis aperçu que les gens qui continuaient à me poser des questions sur mon métier le faisait par voyeurisme. C’était malsain. Dorénavant, j’évite de parler directement de mon métier et c’est bien dommage. Je dis plutôt que je travaille dans le domaine médical.

Qu’est ce qui est pour vous le plus difficile dans votre métier ?
Olivier : Ce qu’il y a de plus difficile, c’est lorsqu’on a à faire à des enfants. C’est vraiment compliqué… Il faut réussir à faire abstraction et réaliser son travail du mieux qu’on peut.

Et qu’est-ce qui vous plaît le plus ?
Olivier : Ce qui me plait le plus mais qu’on fait malheureusement de moins en moins, c’est le contact avec les familles. En effet, les familles demandent moins de procéder à des soins qu’auparavant. Pour antant, j’apprécie de pouvoir rendre ces moments douloureux les plus dignes possibles au moment du recueil. Apporter une mince contribution à un moment difficile. C’est vraiment important pour moi !

Merci Olivier pour cet entretien !